La bibliothèque

Mes lectures de Janvier

Aujourd’hui, je vous présente les livres que j’ai lu depuis le début du mois de janvier, avec ma petite review de chacun d’entre eux !

moi-simon-16-ans

Moi, Simon, 16 ans, Homo Sapiens, de Becky Albertalli

Editeur : Hachette ; 315 pages ; 16,90€ ; note sur Goodreads : 4,25/5

Mon année 2017 a commencé par la lecture de Moi, Simon, 16, Homo Sapiens. Pour la petite histoire, je n’avais à la base pas du tout prévu de le lire, mais j’en ai entendu parler sur Twitter, le résumé m’a plu, et je l’ai commandé sur un coup de tête en même temps que Carry On, qui était à la base ma priorité.

Moi, Simon… raconte l’histoire de Simon Spier. Simon a 16 ans, des amis, un chien, il aime le théâtre et Harry Potter, et accessoirement, il est gay. Personne ne le sait, sauf Blue, un garçon auquel il parle via la messagerie de son lycée, dans l’anonymat le plus total. Toute l’histoire commence par un problème : Simon laisse sa boite mail ouverte sur un des ordinateurs du lycée, et Martin, un de ses camarades de classe découvre sa correspondance secrète, et du même coup, son homosexualité. Désormais, si Simon n’aide pas Martin à conquérir son amie Abby, celui-ci rendra publics les mails de Simon et Blue.

Vous voyez ces films qu’on appelle des « feel-good movies », ceux dont vous sortez le sourire aux lèvres et de bonne humeur ? Et bien ce livre est assurément un « feel-good book ». On en ressort avec un sourire jusqu’aux oreilles, et ça fait du bien !

Ce n’est pas un chef d’œuvre de littérature, une œuvre renversante qui va changer votre vie et votre perception du monde, mais parfois, on n’a pas besoin de ça, on a simplement besoin de personnages vrais, drôles et attachants, et d’une jolie histoire d’acceptation de soi et de découverte de l’amour. Parce que c’est ça, Moi, Simon…, des personnages simples et bien travaillés qui ressemblent aux adolescents que l’on connait, des dialogues hilarants, une belle bande d’amis où chacun essaie de savoir qui il est et d’accepter cette personne, et une adorable histoire d’amour (Simon et Blue sont vraiment l’incarnation de la douceur). Simon est très attachant, et je me replongerais certainement avec plaisir dans son monde quand j’aurais besoin d’un peu de tendresse.

carry-on

Carry On, de Rainbow Rowell

Editeur : Macmillan ; 517 pages ; 15,84€ ; note sur Goodreads : 4,18/5

Encore une histoire de Simon ! Cette fois-ci, je me suis plongée dans le monde de Simon Snow, un magicien de 18 ans qui commence sa dernière année de scolarité à l’école de magie Watford. Mais cette année débute très mal : Simon n’arrive pas à contrôler sa magie, sa petite amie le quitte et Baz, son insupportable colocataire et ennemi juré, est introuvable. Sans parler de la menace qui pèse sur le monde magique, surnommée la Monotonie rampante, que seul Simon, « l’Elu », peut détruire.

J’attendais de lire ce livre depuis des mois, sans jamais aller jusqu’à le commander, Dieu seul sait pourquoi. Finalement, il a fallu l’imminence de la sortie du livre en français pour que je me décide à l’acheter. En anglais. Cherchez la logique. Bref, je l’ai reçu, en édition reliée (un vrai petit bijou, je suis amoureuse), et je l’ai lu. Dévoré, plutôt, la seule chose m’empêchant de le lire d’une traite étant l’obligation d’aller à la fac, de dormir et de me nourrir. Mais par Merlin, CE LIVRE ! C’est définitivement mon coup de cœur de Janvier, et un de mes livres préférés de manière générale.

Au niveau de l’intrigue, si vous avez remarqué les énormes similitudes avec Harry Potter, c’est tout à fait normal et voulu par l’auteur (pour mieux comprendre comment Carry On est né, il vous faudra continuer la lecture de cet article jusqu’à ma review de Fangirl). Mais au fil de l’histoire, on ressent de moins en moins l’impression d’être dans un Harry Potter version monde parallèle, et au final, on s’immerge complètement dans le monde de Simon, qui a sa propre magie et ses propres codes, tout aussi intéressants et fascinants que ceux du monde d’HP.

Mais ce qui fait le charme de Carry On, encore plus que la présence de magie, c’est assurément ses personnages. Je pourrais parler de Simon, Baz et Penelope pendant des heures, mais je vais essayer d’être concise. De manière générale, j’ai tendance à trouver que ce n’est pas forcément facile de s’attacher vraiment à un personne de livre quand l’ouvrage en question ne fait pas partie d’une saga, parce qu’on ne suit le personnage que pendant 300 ou 400 pages. Mais ce n’est pas du tout ce que j’ai ressenti avec Carry On tant les personnages sont bien travaillés, bien exploités, et diablement attachants.

Au bout de quelques chapitres, j’avais déjà adopté Simon, qui est très attendrissant, notamment parce qu’on voit qu’il n’arrive pas à contrôler sa magie, et j’ai beaucoup aimé ce concept, du magicien le plus puissant de l’univers qui n’arrive pas à contrôler ce pouvoir, qui n’est au fond qu’un enfant, et qui ne comprend pas lui-même comment il est censé sauver le monde. Et puis on sent que Simon veut seulement faire le bien, il est d’une gentillesse ébahissante et ça nous donne envie de le protéger et de faire en sorte qu’il soit toujours heureux. Bref, Simon est un héros comme on les aime, courageux et altruiste, mais avec des faiblesses et des failles qui le rende non seulement humain mais extraordinaire et attachant.

Et puis, on a Baz. J’aurais tellement à dire sur Baz. Déjà qu’en temps normal, j’ai un attrait certain pour les anti-héros mystérieux et cyniques, là, j’ai été plus que servie, et je pense que Baz est à présent un de mes personnages fictifs préférés, toutes œuvres confondues. Tyrannus Basilton Grimm-Pitch, de son vrai nom (avec un patronyme pareil, j’étais obligée de l’aimer), est au début du roman l’ennemi juré de Simon, sa Némésis, avec qui il est malheureusement obligé de passer beaucoup de temps puisqu’ils partagent la même chambre à Watford. Baz est impossible à cerner aux yeux de Simon, qui considère depuis toujours qu’il est maléfique et prépare toujours un mauvais coup destiné à le tuer. Mais on apprend vite que Baz est bien plus que cela, notamment en raison de son histoire familiale. On découvre aussi, grâce aux chapitres racontés de son point de vue, pourquoi il existe un tel antagonisme entre lui et Simon mais aussi pourquoi cette haine mutuelle pourrait évoluer. C’est difficile de vous parler de Baz sans tout vous révéler à son sujet, mais faites-moi confiance, vous allez l’adorer.

Enfin, il fallait que je vous touche un mot de mon dernier personnage préféré : Pénélope, la meilleure amie de Simon. Brillante et drôle, elle ne se laisse pas marcher sur les pieds, à des répliques hilarantes, est féministe et badass, que demande le peuple ? C’est vraiment un superbe exemple de personnage féminin réussi, comme on aimerait en voir plus !

Ces trois personnages font le charme du livre, charme auquel participent les répliques pleines d’humour que Rainbow Rowell ajoute dans son récit, la présence de magie extrêmement intéressante, et l’histoire d’amour. Je ne veux pas trop vous en dire, mais wow, un OTP absolu. Une belle histoire d’amour lgbtq+ comme on les aime, qui vous mettra des papillons dans le ventre et vous donnera tous les feels dont vous pouvez rêver ! Bref, Carry On est assurément un de mes coups de cœur littéraires de cette année, et j’espère que vous l’avez déjà tous ajouté à votre to-read list.

fangirl-rainbow-rowell

Fangirl, de Rainbow Rowell

Editeur : Castelmore ; 508 pages ;  16,90€ ; note sur Goodreads : 4,14/5

Après avoir lu Carry On, comme Simon et Baz me manquaient atrocement, j’ai eu envie de relire Fangirl, le roman précédent de Rainbow Rowell, qui mentionne également les deux magiciens.

Fangirl, c’est l’histoire de Cath, une adolescente de 18 ans à qui sa sœur jumelle annonce que pour leur rentrée à l’université, elles ne cohabiteront pas et trouveront chacune d’autres colocataires. Pour Cath, introvertie et anxieuse, c’est un équilibre familier et rassurant qui s’effondre, et elle va devoir apprendre à se débrouiller toute seule dans le monde nouveau et effrayant de l’université. La particularité de Cath, et ce qui la rend si attachante pour beaucoup de gens, c’est qu’elle n’est pas seulement une jeune fille timide et renfermée : elle est aussi une fangirl, comme l’indique le nom du livre, et une des auteurs de fanfictions les plus connues du fandom de la saga Simon Snow.

Vous l’aurez compris, dans ce livre, Cath est super fan d’une saga semblable à Harry Potter, qui raconte cette fois de l’histoire de Simon, ce même Simon que nous retrouvons dans Carry On. Dans Fangirl, l’histoire de Cath est donc entrecoupée par des passages de l’histoire de Simon, et étroitement mêlée à sa vie d’auteure de fanfiction.

J’aimais déjà Fangirl parce que Cath est un personnage qui me ressemble beaucoup, mais retrouver Simon dans ce livre m’a fait l’aimer encore plus. Les personnages de Rainbow Rowell sont toujours aussi attachants, ses répliques toujours ponctuées d’humour comme on l’aime, et puisque le livre se passe dans le monde réel et autour d’une trame centrée sur l’évolution de Cath, le livre se lit rapidement et sans prise de tête. Carry On reste mon coup de cœur absolu parmi les livres de Rainbow Rowell, mais Fangirl est très sympa également.

percy-jackson-tome-1-couverture

Percy Jackson : Le voleur de foudre, de Rick Riordan

Editeur : Albin Michel ; 425 pages ; 13,90€ ; note sur Goodreads : 4,22/5

Finalement, j’ai achevé mon mois de janvier en me mettant à la relecture de la saga Percy Jackson. J’en ai déjà lu les cinq tomes, mais voulant lire la saga qui suit, les Héros de l’Olympe, je préférais me remettre l’intrigue bien en tête, donc me voilà repartie dans les aventures de Percy. Je vous ferais un article (voir plusieurs) sur le sujet quand j’aurais fini l’ensemble de la saga, donc je ne vais pas trop vous en parler ici, mais le tome 1 est toujours aussi bien, j’ai adoré retrouver Percy à 11 ans et le voir découvrir son statut de demi-dieu et les pouvoirs qui vont avec, revoir sa rencontre avec Annabeth, son amitié avec Grover, et puis cette intrigue formidable. Rick Riordan ne déçoit jamais, et je vais m’empresser dès maintenant de continuer le 2ème tome !

 

Si vous avez lu un ou plusieurs de ces livres, n’hésitez pas à me dire en commentaire si vous les avez aimés ou non ! N’hésitez pas à me conseiller la lecture d’autres livres dont vous voudriez me voir parler dans de prochains articles, ça serait avec grand plaisir.

Vivez de livres et de chocolat,

Jeanne.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s