Sur vos écrans

When We Rise, la série magistrale sur l’histoire de la communauté LGBTQ+

« We fight them here, tonight, until they realize that this is our home and we’re fighting for it with our lives »

Aujourd’hui, je vous retrouve pour vous parler de mon cours de cœur télévisuel de ce début d’année : When We Rise, la nouvelle mini-série de Dustin Lance Black et Gus Van Sant diffusée début mars sur la BBC.

En quatre épisodes d’une heure trente, When We Rise retrace l’histoire de la lutte pour les droits de la communauté LGBTQ+ aux Etats-Unis, depuis les années 70 à nos jours. 40 ans de combat pour le droit d’exister, de vivre librement, de travailler, d’être soigné, de se marier, d’aimer, dépeints à l’écran à travers les yeux et les histoires de trois personnages principaux : Cleve Jones, Roma Guy et Ken Jones. Ils ont tous existés et sont encore vivants aujourd’hui (la série est notamment inspirée du livre de Cleve Jones « When We Rise : My Life in The Movement » et de toutes les histoires de ces activistes de la réalité qui ont passé toute leur vie à se battre pour leurs droits).

Au début de la série, en 1972, Cleve, Roma et Ken sont encore adolescents ou à peine adultes. Cleve, né dans une famille conservatrice, a commencé par marcher contre la guerre du Vietnam. Roma, de retour d’un voyage humanitaire, s’engage dans la lutte féministe. Enfin, Ken, un jeune militaire noir, se bat pour les droits civiques. Leur seul point commun : leur jeunesse et leur appartenance à la communauté LGBTQ+ dans le San Francisco des seventies.

When We Rise raconte comment ils vont se rassembler pour mener un nouveau combat, si profondément mêlé à ce qu’ils sont, le combat pour les droits de la communauté LGBTQ+. La série dépeint habilement l’intersectionnalité de ce mouvement, entre les revendications féministes de Roma et le racisme de la communauté LGBTQ+ et du reste des Etats-Unis auquel se heurte Ken.

Au-delà du message politique que When We Rise a l’ambition de transmettre, cette série est d’abord l’histoire de ces jeunes et de leurs familles, de leurs amis, une histoire intime, magnifique et honnête. C’est aussi l’histoire du mouvement, entre grandes victoires et revers douloureux, entre joies immenses et tragédies déchirantes.

When We Rise nous montre tout, des rires aux sacrifices, tout ce qu’il a fallu donner, perdre et gagner pour en arriver là où nous en sommes aujourd’hui. On rit pas mal, on pleure beaucoup, on espère plus que tout. On s’attache à ces jeunes à peine plus âgés que nous et on les regarde changer le monde. S’ils ont pu le faire, pourquoi pas nous ?

When We Rise remplit de fierté et d’espoir devant la force de ce combat et de cette communauté, elle montre que l’on peut survivre à tout et que malgré les coups bas et les tragédies, un monde plus beau est toujours réalisable. Surtout, elle nous rappelle que le combat n’est pas fini. Malgré le chemin parcouru, il nous reste encore tant à faire, et cette magnifique œuvre d’art nous donne envie de nous battre encore davantage.

Jamais une série ne m’avait touchée aussi profondément que celle-ci. Elle m’a tant fait pleurer, mais surtout, elle m’a donnée tellement, tellement d’espoir et de force. Que vous fassiez partie de la communauté LGBTQ+ ou non, donnez une chance à When We Rise. Vous n’en serez pas déçus, je vous le promets.

Vous pouvez visionner les quatre épisodes en VOSTFR ici : http://www.full-serie.co/seriestv/785-when-we-rise-saison-1-episode-1.html

Si vous avez vu la série, n’hésitez pas à me laisser un commentaire, je serais ravie de savoir ce que vous en avez pensé ! Je vous laisse avec cette réplique si simple mais si importante de l’épisode un :

« Whoever you are, you are not alone »

Publicités

2 réflexions au sujet de « When We Rise, la série magistrale sur l’histoire de la communauté LGBTQ+ »

  1. J’ai découvert When We rise grâce à toi par hasard sur Twitter et que dire de plus sinon merci ? J’ai adoré bon il me reste 2 épisodes mais je prends mon temps je savoure mais de ce que j’ai vu c’était génial. Rosa reste ma préféré petit coup de coeur pour elle mais tout les personnages sont attachants dès le premier épisode j’étais en larmes à la mort de Michael et tout le long pratiquement. C’est beau mais à la fois douloureux et j’apprends tellement. Ça m’a donné envie de lire encore plus, par exemple j’avais vu sur Tumblr les origines du drapeau LGBT et j’ai trouvé ça trop chouette de voir ça dans la série. Avec Sense 8 et Skam je crois que When we rise fait déjà partie de mes séries préférées de tout les temps mais si je ne considère pas totalement When we rise comme une série mais plus une série documentaire. Tout ça pour dire que When we rise c’est génial et merci.

    J'aime

    1. Je suis ravie de te l’avoir fait découvrir et surtout que ça te plaise !! Bon courage pour les deux derniers épisodes, j’ai pleuré comme un bébé à la toute fin (mais c’était de bons pleurs). Aaaah, moi j’ai un gros gros faible pour Cleve, mais c’est vrai qu’ils sont tous super attachants. Et Sense8 et Skam, deux autres chefs d’œuvres (ce qui me fait penser qu’il n’y a que sur Sense8 que je n’ai pas encore écrit… Peut-être une idée pour la saison 2 tiens !). En tout cas, merci beaucoup d’avoir commenté, et vive When We Rise 🙌🏻

      J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s