Sur vos écrans

Dear White People, un cocktail d’humour et d’ironie pour éveiller les consciences

Vendredi matin, ce n’était pas seulement mon dernier cours en tant qu’étudiante de deuxième année de droit, ou l’aube du jour où Nicolas Dupont-Aignan allait se rallier à Marine le Pen. Non, le véritable événement, c’était la sortie de la dernière série de Netflix, intitulée Dear White People (littéralement « chères personnes blanches »), dont le premier teaser sorti le 8 février dernier avait déjà fait beaucoup parler.

J’attendais moi-même cette sortie avec impatience, alors entre deux révisions pour les partiels, j’ai craqué, ouvert Netflix et lancé le premier épisode. Grand bien m’en a pris, car je n’ai absolument pas été déçue !

En dix épisodes de vingt à trente minutes, Dear White People s’attaque à un problème gigantesque, aussi vicieux qu’il est systémique et profondément ancré dans les consciences : le racisme. A l’université fictive de Winchester, on suit Samantha White, une jeune étudiante afro-américaine qui anime une émission de radio qu’elle commence toujours par « Dear white people… » et dans laquelle elle dénonce d’un ton piquant et sarcastique le racisme dont elle et ses camarades noirs sont victimes.

Après une soirée « blackface » (où les étudiants blancs se griment en noirs sous le couvert de l’excuse du déguisement inoffensif) qui met le feu aux poudres sur le campus de Winchester, les discussions s’engagent entre Sam et ses camarades sur la façon de lutter contre ce problème rampant et mortel.

Sans être sombre malgré le sujet grave qu’elle évoque, Dear White People nous en apprend beaucoup, beaucoup, beaucoup, avec pédagogie et humour. En seulement dix épisodes bien ficelés, on (re)découvre les tensions raciales qui règnent aux Etats-Unis et qui, à bien regarder, ne se retrouvent pas qu’au pays de l’oncle Sam.

J’ai regardé Dear White People avec mon expérience de jeune fille blanche désireuse d’en apprendre plus sur le thème du racisme, et la série a parfaitement rempli son rôle. Elle permet de se plonger dans le quotidien d’étudiants noirs et de voir sur notre écran tous les problèmes auxquels ils font face, piégés par un système qui les désavantage de manière systématique. On se retrouve vite à dévorer les dix épisodes (en dépit de la pile de révisions qui attend sur le côté), avec l’espoir naïf que la situation va s’arranger pour les personnages vivants, hauts en couleur et réalistes dépeints par la série.

Dear White People joue la carte de l’éducation pour changer les mentalités, et ça marche diablement bien. Entre les répliques sarcastiques des personnages et des scènes percutantes comme celle qui clôture le 5ème épisode, on apprend à la vitesse de l’éclair, pour peu qu’on accepte d’écouter ce que la série a à nous dire, sans se cacher derrière des pleurnicheries et des dénonciations de l’inexistant « racisme anti-blanc ».

A l’aube d’un deuxième tour d’élection présidentiel historique dans l’histoire de notre pays, il est bon de trouver une série comme Dear White People, qui nous rappelle nos privilèges avec subtilité et humour, sans jamais se défiler. Elle donne véritablement une voix à la communauté noire, voix que l’on entend encore trop rarement, et elle nous enjoint nous, téléspectateurs blancs, à nous taire et à écouter, pour mieux comprendre. Et croyez-moi, c’est primordial.

Alors je vous engage vivement à sortir l’ordinateur et le pop-corn et à vous lancer dans Dear White People, parce que vous pourrez rire et vous détendre devant une excellente série, tout en apprenant des choses plus que fondamentales. Vraiment, que demande le peuple ?

Les dix épisodes sont disponibles depuis le 28 avril sur Netflix. Si vous avez vu la série, laissez un petit commentaire ci-dessous pour me dire ce que vous en avez pensé !

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s